mikeal jestin

Les Taolennou étaient d'abord des images. J'ai beaucoup mis en scène au théâtre et ma peinture s'en ressent. C'est une peinture à histoires. Je trouve pourtant que ces lourds panneaux de bois, colorés comme jamais, sont à leur place dans ces lieux, même si mes saints prennent des libertés avec le BUHEZ AR ZENT. Mes peintures sont accompagnées de titres en breton et en français qui les éclairent, pas toujours, car il faut qu'il reste du mystère.

© 2019 by Burosphere